Retour à l'accueil...Revue Que vivent nos Relations !

ou comment co-créer en conscience...


Relation
à soi

Relation
à l'enfant


Relation
en couple

Relation
au monde



Octobre 2013 : Revue numéro 5 - Elle a aussi un vrai nom : 8anickan!



Edito, par Laurent (43 ans)

Kwe kwe chers lecteurs !

Qui n'a jamais rêvé de rencontrer un "grand chef indien" ? Et bien, nous l'avons fait en bénéficiant de l'honneur de converser longuement avec Kapiteotak, chef héréditaire Algonquin. Si dans sa culture le mot "viol" n'existe pas car le comportement n'existe pas davantage, son enfance a dramatiquement appris cette dérive des "hommes blancs" au pensionnat des prêtres et des bonnes soeurs. Ca n'est pas non plus avec nos concepts et méthodes qu'il a pu se guérir et trouver comment se reconnecter à son âme. Encore adolescent, ses anciens l'ont invité à réaliser que ça n'est pas les hommes blancs ou la religion chrétienne qui lui avaient fait tant de mal, mais de simples humains malades. Il n'est pas toujours évident de décrire, avec nos mots, son parcours et sa posture actuelle d'immense ouverture à l'humanité, par la voix et les voies des peuples nomades qu'il représente, profondément respectueux de leurs soeurs rivières, leurs frères arbres, leur Terre-Maman... Pourrons-nous voir qu'ils sont aussi les nôtres ? Il reste que le rencontrer et écouter son témoignage apporte un espoir et des possibilités sérieuses pour une humanité pacifique et solidaire.

Notre culture occidentale ne s'est pas contentée de se montrer parfois destructrice envers d'autres cultures. En son propre sein, elle a également établi une logique commerciale, c'est à dire une manière d'échanger entre humains, dont Christian Jacquiau nous explique les dérives. Un oeil sans concession, sans parti-pris politique et une expérience solide nous offrent ainsi une occasion de profondément souhaiter reconstruire ce qui est devenu à ce point dysfonctionnel.

Pour autant, il y a aussi le meilleur dans notre culture... et Thomas d'Ansembourg, avocat métamorphosé en thérapeute, n'est-il pas une version occidentale du sage algonquin ? En tout cas, son discours devient très fraternel à celui de Kapiteotak. Nous sommes ravis de montrer cette alliance impromptue dans ce numéro. D'autant qu'elle ne s'arrête pas là : le docteur Olivier Spinnler clarifie ce qui est toxique dans nos relations et vient donc participer activement à cette humanité plus douce. Brigitte Oriol fait de même mais particulièrement dans nos habitudes néfastes avec les enfants. Quant à Maïtie Trelaün, son exposé symbolique et vivant associant les cycles féminins au cycle des saisons pourrait probablement être un conte algonquin.

Enfin, Philip Forrer nous confie généreusement ses trouvailles pour entretenir un jardin miraculeux. Une leçon très pratique et surprenante pour récolter davantage avec moins d'effort et, toujours et encore, une base d'observation amoureuse de la Nature. Thierry Casasnovas, finalement, fait exactement pareil, mais c'est le jardin de notre corps qu'il nous invite à cultiver. Véritable survivant, son témoignage est incontestable puisque simplement vécu. Les faits sont têtus et la persévérance de la vie respectée s'annonce toujours constructive d'une abondance qui éblouit plus d'une de nos croyances.

Que le réveil à la vie est riche... Finalement, chacun des intervenants à ce numéro nous y pousse délicatement.

Crédits photo de la couverture : Nancy Lessard pour la photo de Kapiteotak - Hélène de Mévius pour la photo de Thomas d'Ansembourg - Laurent Martinez pour la photo de la femme en Nature


Le sommaire

  • On nous appelait « les sauvages » : Un vibrant témoignage de Kapiteotak, chef héréditaire algonquin, que la vie a fait voyager depuis les horreurs de la colonisation occidentale jusqu'à la sagesse et l'ouverture humaniste, dignes des valeurs de sa culture. [page 4]
  • Les coulisses du commerce : Christian Jacquiau, spectateur expert privilégié du théâtre de la grande distribution et du commerce équitable en analyse les mises en scène. Les masques tombent. [page 11]
  • La pomme de Blanche Neige : Il était une fois les toxiques relationnels ou le troisième épisode du modèle d'Olivier Spinnler. Pour ne plus se raconter d'histoires, pour ne plus se laisser empoisonner, le Docteur analyse le fruit de la discorde pour mieux en trouver l'antidote. [page 16]
  • Fiche-toi la paix ! : Thomas d'Ansembourg, ex avocat, témoin des guerres juridiques, est devenu thérapeute, militant du désarmement intérieur. Promoteur de la paix profondément personnelle et citoyenne, il lance un appel afin de nous allier à notre cohérence par la compréhension de notre propre champ de bataille. [page 21]
  • Le Déni : Enfant en danger : Brigitte Oriol, assistante d'Alice Miller dont les travaux autour de la maltraitance des enfants (qui ne se résume pas à la violence physique) sont mondialement connus, porte son regard sur le déni. Et si, pour avancer avec nos enfants, il était nécessaire de se retourner sur son passé et d'ouvrir grand les yeux ? [page 23]
  • Les 4 saisons des femmes : Maïtie Trelaün, ex sage-femme, accoucheuse d'enfants, devenue femme sage, accoucheuse d'humain(e), nous parle du cycle des femmes qu'elle lie aux quatre saisons. Un outil poétique et pratique pour mieux se co-naître. [page 25]
  • Les secrets du Jardin du Graal : Un jardin qui donne une abondance de fruits et légumes toute l'année, sans arrosage, sans pesticide, sans engrais, une utopie ? Philip Forrer l'a créé et nous dit comment il réinstaure le cycle de la vie, depuis nos déchets, jusqu'à notre nourriture. [page 28]
  • Une expérience de la pleine santé : Thierry Casasnovas raconte son expérience intense de retour à la pleine santé. C'est par le chemin de la pratique de la connaissance du corps, par cette responsabilité souveraine, qu'il nous conduit à prendre conscience de nos besoins fondamentaux. [page 32]
  • Y'a quoi de bon dans la bibliothèque ce soir ? On l'attendait depuis longtemps, pour protéger nos enfants... Le frigo vous accueille, grand ouvert, pour vous faire découvrir l'ouvrage mis en lumière. [page 35]

Pour pouvoir lire ces articles, merci d'acheter ce numéro ou de vous abonner.


Retour à l'accueil